Bilan de mi-législature (octobre 2010) : 2/2

A. PERSONNEL (depuis février 2008)

Vu la situation budgétaire difficile et le besoin permanent de nouveaux services à la population, il faut chercher à valoriser au mieux les ressources existantes

L’importance que revêt aujourd’hui la Gestion des Ressources Humaines se traduit notamment par une professionnalisation du recrutement, un accueil des nouveaux, un parrainage par un supérieur pendant les premiers mois et des lieux où se rencontrer (à ce propos, si la Saint Nicolas des enfants reste, la Fête du Personnel n’a pu être renouvelée par manque de moyens). Trouver du personnel qualifié nécessite de se faire connaître: Evere participe à des bourses d’emploi et diffuse un film promotionnel sur le travail au sein de l’Administration Communale.

Statutarisation : des examens sont organisés mais les divers mécanismes de subsidiation (notamment ACS) peuvent limiter les possibilités.

Des avantages nouveaux ont été donnés au personnel, à l’instar du secteur privé: chèques repas, extension assurance hospitalisation, ainsi que PC et  voitures pour les grades supérieurs

Formation permanente: un plan annuel a maintenant été mis en place sur base des descriptifs de fonction, des besoins exprimés et des offres de formation existantes.

Prévention et Protection du Travail (compétence d’un autre échevin) mais implication partielle

Remise en route d’un service qui s’est développé et organisé

Un SIPP commun a été créé reprenant le personnel administratif, enseignant et technique, ainsi que le CPAS, ce qui permet une plus grande efficacité

Dans le cadre indispensable de la modernisation des administrations, un  projet de réorganisation administrative a été lancé dans une orientation ‘client’, ce qui signifie ‘comment répondre plus efficacement à la demande du citoyen et à celle du politique ?’:

Deux firmes de consultance ont travaillé successivement sur ce projet et ont permis d’identifier quelques 800 ‘produits’ délivrés par l’AC

Le concept proposé est de travailler avec un 1er Accueil citoyen qui devrait pouvoir répondre à plus de la moitié des demandes, un 2e accueil plus spécialisé et des services ‘arrière’ assurant le soutien logistique des 2 premiers.

Ce concept, qui était déjà partiellement présent avant la consultance, nécessite une organisation préalable de la circulation de l’information et du traitement des dossiers. Cela demandera du temps avant d’être pleinement opérationnel si on veut éviter que cela ne nuise au fonctionnement actuel des services aux citoyens. Mais le travail de préparation est en cours sans préjuger de l’organisation future concrète.

B. INFORMATIQUE (depuis février 2008)

Une restructuration du service a eu lieu afin de le rendre plus dynamique et les locaux ont été aménagés de manière notamment à éviter un blocage en cas de forte chaleur.

Le partenariat avec le Centre Informatique de la Région Bruxelloise a permis la réalisation de plusieurs projets dans une réflexion d’avenir et avec les techniques de pointe comme la virtualisation des serveurs qui permet notamment de gagner de la place et de mieux sécuriser le système.

Une collaboration entre les services informatiques de l’AC et du CPAS a été mise en place et a permis d’avancer plus vite dans les projets de chacun en partageant les connaissances et expériences.

Depuis plusieurs années, le personnel administratif n’avait pas d’accès direct aux courriels pour des raisons de sécurité qui ont pu être résolus, de sorte que chacun peut recevoir et envoyer des courriels

Un suivi des factures téléphoniques permet de responsabiliser les grands ‘consommateurs’ et un projet est en cours pour réduire encore les coûts

Ouverture d’un espace numérique ouvert au public, en partenariat avec le CIRB et le Centre Culturel où cet espace est situé ;

Pour l’avenir :

  • e-government : accès de la population à des services en ligne pour certains documents : un premier test se fera sur la délivrance des cartes de stationnement
  • La Gestion Electronique des Documents (qui seront numérisés et envoyés informatiquement aux services permettra notamment le suivi des courriers et dossiers.

C. PARTICIPATION CITOYENNE (depuis février 2008)

La création des 3 Conseils de quartier a commencé par le ‘haut Evere’ où le conseil composé d’élus, d’associations et de citoyens volontaires a été créé (à l’occasion d’une présentation des grands projets sur le quartier) et s’est réuni sur la mobilité.

Semaine de la démocratie locale : cette semaine est organisée par l’Association de la Ville et des Communes de Bruxelles et permet la rencontre des initiatives locales, mais ne suscite pas toujours l’engouement, même si à Evere, nous y organisons l’accueil des nouveaux habitants et Place aux Enfants.

D. SIBELGA (où je siège au Comité Directeur)

La libéralisation voulue par l’Europe impliquant la séparation entre réseau et fournisseur a été réalisée, Electrabel s’est retiré progressivement de la gestion du réseau qui est maintenant presque exclusivement aux mains des communes; cette libéralisation coûte plus cher au consommateur moyen ; Sibelga ne vend donc plus d’énergie sauf aux clients rejetés par les fournisseurs et a son activité tournée vers l’entretien des réseaux, l’éclairage public et le comptage des consommations.

Les réseaux locaux et nationaux sont tous progressivement repris par les Communes, ce qui est une particularité européenne et nécessite une entente entre communes bruxelloises, flamandes et wallonnes…

Dans le cadre de ses missions de service public, Sibelga développe 2 projets particuliers :

  • Un logiciel permettant de comparer les consommations d’énergie de bâtiments publics afin d’identifier les mesures prioritaires d’économie
  • Un ‘Plan lumière’ communal permettant de planifier les améliorations d’éclairage public sera développé en commun
Share

Bilan de mi-législature (août 2010) : 1/2

A. FINANCES ET RECETTES

Comptes annuels : évolution progressivement négative

  • À l’exercice propre : 2007 : + 450.000 ; 2008 : – 330.000 ; 2009 : – 2.450.000
  • Au résultat cumulé, il reste encore un boni de 3.850.000 fin 2009
  • De 2007 à 2009, les recettes ont augmenté de 10% et les dépenses de 16%
  • À l’intérieur des dépenses, ce sont les transferts (Subsides, Police et CPAS) qui augmentent le plus
  • En 2009, la crise économique a aggravé le déficit (notamment pas de dividende du Holding Communal)

Budget : quelques objectifs pour viser un retour à l’équilibre

  • Analyser les causes des différences budgétaires, globalement et progressivement par département ;
  • Suite au constat de recette de Précompte Immobilier (un quart des recettes communales) en baisse par rapport aux attentes et au constat de l’augmentation des bâtiments dans la Commune : mise en place de contacts réguliers avec l’Administration du Ministère des Finances pour vérifier l’enrôlement des nouveaux immeubles et des rénovations, ainsi que les motifs de dégrèvement (pour les organisations internationales)
  • Travail avec services sur dépenses et recettes : tant pour le budget que pour les modifications budgétaires, afin de faire coller au mieux le budget aux dépenses nécessaires et justifiées
  • Un plan triennal prospectif est réalisé chaque année comme instrument de travail commun avec la tutelle

Taxation

  • Pour 2008, les centimes additionnels communaux ont été réduits pour l’Impôt des Personnes Physiques à 6% et ceux du Précompte Immobilier à 2900, n’imposant ainsi pas d’augmentation pour les Everois moyens propriétaires et au travail
  • Pour le budget 2010, pour augmenter les recettes sans faire payer la crise aux citoyens, la taxe sur les grands bureaux a augmenté de manière significative et la taxe sur les antennes de téléphonie modifiée pour palier aux recours judiciaires des opérateurs
  • Le service assure aussi le suivi financier d’organismes financés par la commune et souhaitait développer un service aux associations, mais ceci a été arrêté pour travailler au budget en priorité ;
  • Nouveau logiciel informatique permettant une diffusion de l’information budgétaire dans tous les services, ainsi que des analyses plus précises

B. TUTELLE SUR LE CPAS

  • Depuis des années, travail commun sur les aspects indispensables de tutelle (budget, personnel), tout en veillant à l’autonomie décisionnelle du CPAS dans le cadre fixé
  • Le contrôle budgétaire est rendu plus difficile pour la Commune vu la technique budgétaire différente et une tutelle régionale dont les analyses ne sont pas toujours en harmonie avec la tutelle de la Cocom
  • Un objectif concret : vérifier que le budget du CPAS aille essentiellement en aide aux ‘clients’ : ce travail d’analyse a maintenant été effectué par le CPAS et montre un équilibre entre les coûts internes et l’aide aux ‘clients’ ;
  • Questions pour l’avenir : regrouper certains services de l’AC et du CPAS : un premier partenariat concret est déjà en cours pour l’informatique où les serveurs et les équipes ont été regroupés afin de créer des bases communes de travail ; d’autres partenariats sont envisagés avec la cellule marchés publics, l’économat, les travaux notamment.

C. TOURISME

  • Cette compétence nouvelle est née avec le projet d’animation au Moulin d’Evere sur le thème de l’Alimentation ; quel intérêt pour les Everois? : l’image d’Evere, l’appartenance à un passé valorisé et signe de la dynamique locale tant pour l’attractivité de l’habitat que pour les commerce ;
  • Le MBMA (Musée Bruxellois du Moulin et de l’Alimentation): 1 expo par an : la 1e année, histoire du Moulin, la 2e les épices, la 3e les petits déjeuners d’ici et d’ailleurs ; ces expositions et ateliers ont amené 3.000 visiteurs la 1e année et plus de 6000 la 2e ; le lieu est maintenant connu dans les médias et organisme de tourisme ; pour la rénovation du parc et des maisons, les permis sont hélas toujours en attente ; deux problèmes actuellement sans solution : le stationnement et un lieu pour boire un verre ;
  • A terme, un circuit devrait permettre de relier le MBMA avec le Musée d’Evere et le Geuzenberg
  • ASBL la Fermette :
    • Locations régulières des locaux de la Fermette, du Chalet Rose et de la salle du Moulin
    • Travaux à faire à la Fermette (cahier de charges en cours de rédaction) et au Chalet Rose
    • Changement de structure de l’ASBL : l’assemblée générale est constituée des conseillers communaux et le conseil d’administration du Collège

D. CULTURE (jusque février 2008)

  • Bibliothèque : réseau commun avec Schaerbeek, informatisation, reconnaissance en catégorie supérieure
  • Académie : augmentation du nombre d’élèves
  • Animations : expos, concerts, fêtes
  • Centre Culturel
    • Difficile restructuration qui porte aujourd’hui ses fruits ; plusieurs engagements n’ont pas été concluants mais d’autres bien; les comptes ont été en difficulté et la Commune a avancé des fonds supplémentaires; heureusement d’une part que quelques administrateurs actifs et bénévoles s’y sont investis et d’autre part que le personnel a participé positivement à la restructuration impulsée.
    • Un nouveau contrat programme (Centre Culturel, Communauté Française, Cocof et Commune) a été conclu avec des objectifs plus ambitieux mais réalistes ;
    • Il restait à clarifier les rôles respectifs dans l’action culturelle entre la Commune et le Centre Culturel mais de nombreux partenariats avaient déjà  lieu et continuent
Share

Dans les coulisses de la Maison Communale (3)

Continuant les articles précédents sur les métiers moins connus de l’administration communale, j’en viens au service des bâtiments et à celui des marchés publics.

Le service des bâtiments est celui qui conçoit les projets de construction et de rénovation tant pour les bâtiments administratifs que pour les écoles, les équipements de sport, etc…, en interne ou en collaboration avec des architectes et ingénieurs.

Il veille aussi à l’entretien technique, aux économies d’énergie et aux petites réparations quotidiennes avec la Régie des Travaux ou une firme extérieure.

Quelques grands projets en cours de préparation:

  • la rénovation du Geuzenberg, avec une partie à construire;
  • la rénovation intérieure de la Fermette;
  • la construction d’une tribune vestiaire au stade du parc du Bon Pasteur;
  • la construction d’un bâtiment pour la Régie des Travaux…

Pour ces travaux qui nécessitent un marché public (appel à entrepreneurs), ce service, comme les autres de l’Administration communale et du CPAS, passent par le service des marchés publics: vu la complexité de plus en plus grande de la réglementation, l’utilité de ce relativement nouveau service se confirme de jour en jour. Chaque semaine, plusieurs points sont ainsi mis à l’ordre du jour du Collège des Bourgmestre et Echevins.

D’autres communes ont également créé ce service spécialisé au service des autres et les différents services communaux se coordonnent pour améliorer leurs connaissances et échanger les résultats de leurs travaux; comme quoi l’autonomie communale ne signifie pas que chacun reste dans son coin!

Share