Et si tout allait « trop vite »?

C’est le titre d’un article interview de Jean Louis Servan-Schreiber, dont le dernier livre est intitulé « Trop vite! Pourquoi nous sommes prisonniers du court terme. », article paru dans la Human Resources Magazine de juillet 2012.

Extraits à méditer: « L’urgence de l’action, de la décision, domine l’horizon des dirigeants comme des citoyens que nous sommes. Il en résulte un nouveau syndrome: le court-termisme qui affecte le politique, l’économie, le rythme de nos vies. » et « Face à l’instantanéité des échanges, on se doit de répondre immédiatement. On ne joue plus aux échecs mais au ping pong. On ne réfléchit plus, on réagit. »

Share

Une salle ouverte au public rénovée par la paroisse dans le Haut Evere

Je me réjouis de l’accord entre la Commune d’Evere et la paroisse Saint Joseph pour des occupations temporaires culturelles de la salle Saint Joseph dans la même rue.

La rénovation de cette salle permettra aux habitants du Haut Evere d’avoir de nouvelles activités à proximité et dans de bonnes conditions.

L’utilisation partagée de cette salle est un exemple de l’utilisation rationnelle des équipements collectifs en ville et d’économie de moyens au service de l’ensemble des citoyens.

Share

La sécurité dans ma commune

Le journal ‘Le Soir’ de ce 5 juillet publie des statistiques sur le taux de délits par habitant et l’évolution en 10 ans.

Au top 20 par Région, Evere apparaît comme la 3e commune bruxelloise connaissant le moins de délit par habitant avec 9.6/100, avec une diminution de 0.7 points entre 2000 et 2011.

Ce chiffre peut être comparé avec ceux d’autres communes dont on dit parfois qu’elle sont plus sûres:

– Zaventem: 11.3

– Uccle: 12.0

– Waterloo: 12.0

Le travail de la Zone de Police fortement investie à Evere doit être ici souligné, ainsi que la politique active de prévention menée par la Commune elle même.

 

 

Share

Un article édifiant du Soir de ce 3 juillet: « molenbeekisation de schaerbeek » : Du Nols dans le texte

VOOGT,FABRICE

Mardi 3 juillet 2012

 

« molenbeekisation de schaerbeek » : Du Nols dans le texte© D.R.

 

L’hégémonie du PS conduirait à la molenbeekisation de notre commune ». La commune, c’est Schaerbeek ; la personne qui parle, c’est l’échevin de l’Etat civil, Bernard Guillaume (LB). La phrase est extraite d’une publicité électorale parue dans le Vlan de la semaine dernière et intitulée « Schaerbeekois attention ! »

Que tente de dire le troisième candidat sur la Liste du bourgmestre Bernard Clerfayt (FDF) ? D’abord un court rappel de la situation politique à Schaerbeek. La Liste du bourgmestre est orpheline d’une partie des élus libéraux, une conséquence du divorce FDF-MR. Elle a un accord avec son partenaire actuel, Ecolo, et avec le CDH (opposition).

Donner sa voix aux libéraux dissidents, c’est donc renforcer le PS, avec qui ils auraient un accord, explique Guillaume. Et ça, c’est dangereux. Pourquoi ? On ne le sait pas. Parce que Schaerbeek risque d’accueillir un festival de théâtre de plein air comme Molenbeek avec « Bruxellons » au château du Karreveld ? C’est possible. Ou peut-être y a-t-il un « danger » de voir la piscine Neptunium, longue de 33 m, gagner 17 m pour pouvoir, comme celle de Molenbeek, accueillir des compétitions nationales et internationales ? Ni l’un, ni l’autre. Non, la Molenbeekisation, ce n’est pas ça. La Molenbeekisation, s’il avait eu le cran d’être explicite, c’est des flics qui se font poignarder dans le métro – bon, d’accord, le dingue venait de Paris. C’est une femme qui porte la niqab – ok, elle n’habite pas la commune et elle s’est fait arrêter à Jette…

En gros, la molenbeekisation, c’est l’échec de l’intégration. D’ailleurs, il n’y a pas que Bernard Guillaume qui le clame. Il faut dire que c’était mieux avant.

Comme à l’époque de Roger Nols, bourgmestre de Schaerbeek pendant près de 20 ans (1970-1989), avant d’être aspiré au Front national, et qui, en 1994, poussa la liste MR de son pote Bernard Guillaume. Ils étaient alors des « remparts à l’intrusion du droit musulman dans notre société libérale ». Des remparts à la molenbeekisation.

 

Share

Inauguration de la Ferme aux Chicons au Geuzenberg

Pour ceux qui veulent seulement un renseignement: il y a une page Facebook ‘La ferme aux chicons’.

Ce fut évidemment un plaisir de pouvoir fêter ce lundi 2 juillet la réouverture de ce lieu si plaisant à côté de la Maison Communale d’Evere.

Cette vieille ferme, située au lieu dit ‘Geuzenberg’, avait en son temps été occupée par des chiconniers puis, transformée par son ancien propriétaire en ce qu’il avait appelé le ‘Musée de la Witloof’, en utilisant l’annexe comme estaminet et le bâtiment principal comme logement.

Il y a quelques années, elle a été rachetée par la Commune dans l’idée d’en faire un centre de formation Horeca, projet qui n’a pu se réaliser, après avoir, notamment, essuyé un refus de permis d’urbanisme de la Région.

Entretemps, la nouvelle section Tourisme de l’Administration communale a inauguré le Musée bruxellois du Moulin et de l’Alimentation. Vu le succès rencontré par les différentes expositions, particulièrement par l’actuelle « Sweet Candy » qui dépasse déjà les 12.000 visiteurs, le Bourgmestre Rudi Vervoort m’a demandé, avec le soutien entier du Collège, de préparer l’adhésion d’Evere au réseau International ‘Cittaslow’. Dans ce cadre, nous avons prévu une utilisation du Geuzenberg, en lien avec la promotion d’une alimentation de qualité.

Qu’est-ce que ‘Cittaslow’ ?

Sur le site internet de ce réseau, on peut lire: « Municipalities which join the association are motivated by curios people of a recovered time, where man is still protagonist of the slow and healthy succession of seasons , respectful of citizens’ health , the authenticity of products and good food, rich of fascinating craft traditions of valuable works of art, squares, theaters, shops, cafés, restaurants, places of the spirit and unspoiled landscapes, characterized by spontaneity of religious rites, respect of traditions through the joy of a slow and quiet living.”

En op de Belgische website van het netwerk kunnen we dit lezen :

“Het netwerk van Slow-steden vermenigvuldigt de gedeelde ervaringen die noodzakelijk zijn voor de ontwikkeling van van een intergenerationele bevolking volgens de parameters voor levenskwaliteit en duurzaamheid:

 

Ontwikkelen

Van een milieubeleid voor het behoud en de ontwikkeling van de kenmerken van het landelijke grondgebied en van zijn structuur, door een opwaardering van technieken van recuperatie en hergebruik.
Van een infrastructuurbeleid in functie van de opwaardering van het grondgebied in plaats van de bezetting ervan.

 

Bevorderen

Van het gebruik van technologieën voor een verbetering van de milieukwaliteit en de landelijke structuur.
Van de kwaliteit van de gastvrijheid.

Van het bewustzijn te leven in een Slow-Stad, vooral bij jongeren en in scholen, door de systematische invoering van een opvoeding op het vlak van smaak (Slow Food).

 

Aanmoedigen

Van de productie en het gebruik van voedingsmiddelen die werden verkregen door natuurlijke technologieën die  die verenigbaar zijn met het milieu, zonder ggo’s, en van het behoud van zeldzame typische producten.

 

Bewaren

Van de autochtone productie die voortkomt uit cultuur en traditie en die bijdraagt tot het karakter van het gebiedded, door het behoud van de plaatsen en de handelswijzen en door het bevorderen van geprivilegieeerderde gelegenheden en plaatsen voor ontmoetingen tussen verbruikers en producenten van kwaliteit. »

 

 

A l’énoncé de ces principes, vous pouvez constater que ‘Cittaslow’ n’était pas un label au départ destiné aux communes des grandes villes. Evere est la 1e commune urbaine européenne à être admise, car elle répond à 60% des critères, du fait de sa politique environnementale de qualité de la vie, politique menée de longue date, comme en témoignent les divers prix de l’environnement et les vélos d’or des années 1990. J’en profite pour féliciter et remercier ma collègue Fatiha Saidi et son service développement durable, ainsi que mon collègue Alain Van der Elst et son service de promotion économique, qui ont appuyé et aidé au développement de nos attitudes Cittaslow.

 

Il manquait peut-être à Evere ce supplément gastronomique Slowfood, critère d’excellence essentiel au label Cittaslow. L’ouverture prochaine de la ‘Ferme aux chicons’, comme les restaurateurs ont choisi de dénommer ce lieu destiné à une restauration artisanale de qualité, vient compléter l’offre de la commune. Nous espérons que cette expérience de 4 mois sera concluante pour redéployer ici un lieu qui soit aussi le symbole de notre ‘Commune du Bien Vivre’, que je préfère à l’appellation officielle ‘Citttaslow’.

 

Bonne dégustation à tous : les ‘tapas’ dégustés ce midi étaient délicieux. Nous souhaitons donc pleine réussite à la ‘Ferme aux Chicons’, qui ouvrira ses portes au public à partir de ce samedi soir 7 juillet, tous les midis et soirs sauf le dimanche soir et le lundi.

Share