Interview de Pierre Muylle, Bourgmestre faisant fonction

 

Question : Pierre, tu fais fonction de Bourgmestre depuis que Rudi est devenu Ministre Président de la Région Bruxelloise, qu’est-ce que cela change pour toi ?

Réponse : Tout d’abord probablement, le changement de rapport avec le citoyen, et un peu aussi avec mes collègues, le personnel communal et les camarades. Un exemple : un voisin apprenant l’information m’a proposé d’arroser régulièrement la plante devant l’entrée de la maison pour m’enlever un souci ! Merveilleux non ?

Question : C’est vrai, plus (+) de soucis ?

Réponse :  Je dirais plutôt une préoccupation permanente plus présente ; oui, je suis un anxieux qui veut bien faire, demande à Louise… Mais aussi, objectivement, il faut dire que les responsabilités personnelles du bourgmestre sont une réalité mal connue : la sécurité des rues, la salubrité des habitations, et le fait d’avoir la compétence exclusive de lancer un éventuel ‘plan catastrophe’, d’où la nécessité de pouvoir toujours être joignable, même s’il y a toujours un échevin ‘en réserve’, pour rassurer le citoyen qui serait inquiet de ce propos.

Question : Si tu avais su, tu aurais accepté ?

Réponse : oui, d’abord par fidélité à mes engagements vis-à-vis du Parti et en particulier de Rudi, qui m’a fait confiance ; d’autre part, j’avais déjà été Bourgmestre ff, pendant les absences de Rudi, depuis 12 ans et je savais donc ce qui m’attendait. Mais bon, c’est toute une organisation différente de son temps, de sa disponibilité, c’était aussi quitter ma fonction de Directeur chargé de la gestion journalière de Germinal, où je travaille depuis 30 ans. Mais rassures-toi, c’est passionnant !

Question : Et quels sont tes priorités ?

Réponse :  Vaste question, car nous sommes tous partagés entre les projets à moyen et long terme, le quotidien et les relations avec les autres, y compris une vie privée tellement importante pour garder l’équilibre.

Heureusement, politiquement, nous travaillons dans le cadre d’un programme de législature adopté collectivement. Comme il faut garder en tête quelques points forts,  je dirais : l’enseignement avec notamment la création de nouvelles écoles primaire et secondaire, la propreté, la mobilité et la sécurité de l’espace public ainsi que l’amélioration continue du contact entre le citoyen, l’administration et les élus, notamment à travers la modernisation des services pour en assurer l’accessibilité et la participation citoyenne.

Question : Et vous aurez les moyens de réaliser vos ambitions dans un contexte budgétaire difficile ?

Réponse : C’est un enjeu essentiel de cette législature : ‘faire mieux avec moins’. En effet, les informations les plus récentes montrent que les recettes diminuent avec la crise économique qui se prolonge d’année en année et que le nombre d’habitants et leurs besoins de services augmentent ; d’autre part  les ménages à deux revenus et enfants  ainsi que les entreprises sont nombreux à quitter Evere pour la périphérie, ce qui doit notamment nous rendre attentif à notre fiscalité.

Question : Evere perdrait elle son attractivité ?

Réponse : Non, je ne pense pas, car Evere est un ‘village dans la ville’, avec de beaux atouts en matière d’environnement, de services et d’accès au centre-ville, et nous nous efforçons d’en développer une image positive, notamment au moyen d’activités culturelles, sportives et même touristiques. Il faut ici insister sur le rôle essentiel des associations, dans lesquelles j’invite nos militants à continuer à s’investir.

Question : une conclusion ?

Réponse : Je pensais doucement préparer ma retraite professionnelle et de mandataire et me voilà avec un nouveau défi, non seulement individuel, mais collectif. Nous ne sommes pas là pour nous-mêmes mais pour nos concitoyens. Alors, au boulot !

 

Lien pour l’interview sur Telebruxelles

http://www.telebruxelles.net/portail/info/evere/25549-pierre-muylle-qje-suis-bourgmestre-pour-longtempsq

 

Share