Et si tout allait « trop vite »?

C’est le titre d’un article interview de Jean Louis Servan-Schreiber, dont le dernier livre est intitulé « Trop vite! Pourquoi nous sommes prisonniers du court terme. », article paru dans la Human Resources Magazine de juillet 2012.

Extraits à méditer: « L’urgence de l’action, de la décision, domine l’horizon des dirigeants comme des citoyens que nous sommes. Il en résulte un nouveau syndrome: le court-termisme qui affecte le politique, l’économie, le rythme de nos vies. » et « Face à l’instantanéité des échanges, on se doit de répondre immédiatement. On ne joue plus aux échecs mais au ping pong. On ne réfléchit plus, on réagit. »

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.