Police et finances communales à Bruxelles

Les communes belges, tant au Nord qu’au Sud et au Centre du pays, font part de leurs difficultés financières dues pour partie à la crise économique qui perdure, mais aussi à l’augmentation permanente des dotations des zones de police.

Pour rappel, la réorganisation de la police, votée en 1998 et mise en œuvre depuis 2002, visait à l’intégration de 2 corps (Police communale et Gendarmerie) en un service intégré à 2 niveaux. L’ambition déclarée était de financer fédéralement l’impact des coûts supplémentaires de cette réforme pour les communes.

Une étude de l’Association de la Ville et des Communes de Bruxelles montre que les dotations communales par habitant sont moindres à Bruxelles que dans les 4 autres grandes villes (Antwerpen, Gent, Liège et Charleroi) mais qu’elles y sont beaucoup plus importantes en termes d’efforts budgétaires par rapport aux moyens disponibles.

L’appauvrissement de la population, qui a un impact tant sur les recettes des communes (IPP) que sur les dépenses (notamment CPAS mais aussi dans la part d’intervention dans certaines prestations), est marquant: Le revenu moyen par habitant était de 95% de la moyenne belge en 1994 et n’est plus que de 84% en 2007, tandis que cette moyenne descendait dans les 4 grandes villes de 97% à 91 %. Il faut ajouter à cela que les Fonds des Communes  de la Région de Bruxelles ne peut jouer la solidarité entre les grandes villes et les petites comme peuvent le faire les 2 autres Régions; ainsi Gand et Anvers reçoivent 500 millions d’euros quand les 19 communes en reçoivent 260.

Cette disette financière se traduit en termes d’effectifs qui sont proportionnellement moins nombreux en Région Bruxelloise: en comptant les utilisateurs de la ville (habitants + navetteurs), Bruxelles a un policier pour 266 utilisateurs alors que la moyenne des 4 grandes villes est de 1/228.

Le financement fédéral se base sur la ‘norme KUL’ déterminant au moyen de nombreux critères (dont le nombre d’habitants) sans révision, ce qui défavorise également le financement des polices de notre Région.

Pour Evere, il faut noter que l’impact financier est passé de la dotation à la Police de 5.206.260€ en 2003 à 10.889.533€ en 2012, soit une augmentation de 83% par habitant et donc annuellement de 8%.

En comparaison, la dotation pour le CPAS est passée de 5.721.831€ à 9.442.857€, soit une augmentation annuelle par habitant de 4%.

Le Fonds des Communes augmentait pendant le même période de 4.464.982€ à 5.732.288€, soit annuellement de 2% par habitant.

Bonne nouvelle cependant : ce qu’on appelle la ‘criminalité objective’ (c’est-à-dire sur base des PV) a diminué de 10% pour les 5 premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2012.

… A suivre donc

Share

Une promenade à velo à Bruxelles

J’ai expérimenté ce matin une partie du parcours proposé, sympa, qui permet de découvrir des endroits moins connus parfois. Pas toujours évident de repérer le fléchage discret, surtout sans le plan.

Alors un petit conseil : imprimez le parcours:

http://documentation.bruxellesenvironnement.be/documents/GW-PromenadeVerte.PDF

Share

Dépensières les communes bruxelloises?

J’ai participé hier midi aux débats Conseil Economique et Social bruxellois, où une étude sur ce sujet a été présentée par sa rédactrice. Elle répondait à l’interrogation ou l’affirmation selon lesquelles l’organisation instutionnelle bruxelloise et ses 19 communes était la cause des difficultés financières de la Région et des Communes.

La méthode de l’étude consiste en une comparaison entre les recettes et dépenses des 19 communes et celles des 4 autres grandes entités urbaines: Antwerpen, Gent, Liège et Charleroi. Ce travail de comparaison est difficile car les autres entités ne consituent pas seules une région, mais des éléments chiffrés sont éclairants.

En résumé, je dirais que la réponse est clairement négative: les communes bruxelloises ne gèrent pas moins bien que les 4 autres, mais elles doivent assumer des charges supplémentaires notamment en termes de police et de CPAS, du fait de la fonction cosmopolite de la capitale et de l’absence de solidarité de l’hinterland économique (la périphérie au sens large).

Contrairement notamment aux idées véhiculées par certains, les CPAS bruxellois accordent nettement moins d’aides non obligatoires que les 4 autres entités!

Il a également été souligné le manque à gagner du fait de la perception actuelle du précompte immobilier, principale recette des communes.

Pour plus d’informations: http://www.esr.irisnet.be/site13/plone/publications/les-debats-du-conseil-1

Bonne lecture

Share

Les communes bruxelloises face au défi démographique

Ce samedi 15 octobre, la fédération bruxelloise du PS organisait un colloque dans le cadre de la préparation des élections communales d’octobre 2012.

Exposés académiques sur le défi et propositions d’action politique pour y répondre: bien sûr les crèches et les écoles, mais aussi le logement, les soins de santé et les services d’une grande ville pour ces citoyens qui y restent ou qui y viennent.

Des ateliers thématiques sont organisés pour les semaines et mois à venir: avis aux futurs candidats et autres qui veulent s’investir pour mieux vivre ensemble demain:

contact: psbruxelles@skynet.be

Share

Accord sur BHV

D’accord, c’est compliqué et bien sûr les francophones y perdent des plumes mais en gagnent d’autres; il suffira d’ailleurs d’entendre l’avis de la NVA pour savoir qui les flamands non plus ne sont pas satisfaits.

Mais un accord existe et permet de retrouver l’énergie de continuer la négociation. Est ce partisan de reconnaître l’énergie et le courage d’Elio Di Rupo pour arriver à ce qui peut encore permettre de s’occuper rapidement des problèmes socio économiques qui concernent réellement chacun face à un crise économique larvée.

Enfin, pour les citoyens bruxellois, un refinancement de Bruxelles permettra de ne pas voir notre région et nos communes de s’appauvrir au point de ne plus pouvoir rendre les services indispensables à la population.

Share

Observatoire des loyers 2010

L’observatoire des loyers 2010, réalisé à la demande du Secrétaire d’Etat au Logement et de la SLRB, analyse de manière intéressante l’évolution des loyers privés en Région de Bruxelles Capitale.

Le loyer médian (celui qui se situe au milieu des loyers observés) est de:

– 500€ pour 1 chambre

– 600€ pour 2 chambres

– 723€ pour 3 chambres.

L’évolution des loyers à Bruxelles montre aussi, particulièrement ces dernières années que les loyers montent plus que l’index santé.

D’où l’importance d’une politique publique de logements, contrairement à ce que prétendent ceux qui estiment que le libre marché autorégule les prix!

 

Commandes: SLRB, 45/55 rue Jourdan. 1060 Bruxelles

biblio.slrb@slrb.irisnet.be

02.5331983

Share